Bandeau accueil 1150x175px

Le nouveau centre d’accueil Thomas Sourdille au temps du confinement

Depuis fin septembre, l’ancienne clinique Sourdille s’est reconvertie en centre d’accueil temporaire pour réfugiés.

En accord avec l'actuel propriétaire, l’Etat a sollicité l’association du Diaconat Protestant de Nantes pour lui proposer la mise à disposition, au profit de personnes réfugiées, de l'ancienne clinique Sourdille, en attendant qu’un projet piloté par Bouygues Immobilier voit le jour. Le Diaconat Protestant de Nantes s’est associé avec l’association Les Eaux Vives pour construire ce centre d’accueil. Ainsi, une convention multipartite a été signée fin juillet entre le propriétaire (Société Primonial), l’Etat, Bouygues Immobilier et les deux associations.

IMG 5641   IMG 5644

Après quelques travaux ayant mobilisés de nombreux bénévoles, le premier résident a pu investir les lieux le mardi 22 septembre. En tout, une cinquantaine d’hommes célibataires ayant récemment obtenu le statut de réfugié sont attendus dans le centre. Le projet s’achèvera au printemps 2021 avec la fermeture du centre et, nous l’espérons, le relogement de l’ensemble des personnes accueillies.

IMG 5624 IMG 5631 IMG 5637

 

Au sein du centre d’accueil Thomas Sourdille, c’est un réel accompagnement vers l’autonomie et l’intégration en France qui est recherché, que ce soit par un logement, des formations, un emploi ou encore un apprentissage de la langue française. Enfin, ce projet permet de désengorger les CADA (Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile), accueillant actuellement trop de personnes ayant obtenu le statut de réfugié mais n’ayant pas d’autre solution de logement. 

Dorénavant, le nouveau centre d’accueil Thomas Sourdille est une solution d’hébergement vers lequel les réfugiés peuvent être orientés en attendant de trouver une autre possibilité, parfois un travail, en bref, le temps de permettre une insertion réussie. Pour ce faire, des cours de français y sont proposés à raison de quatre par semaine. Les résidents y disposent d’une chambre individuelle, les salles de bain et cuisines sont, quant à elles, communes. L’autonomie est préférée : chacun à sa propre clé et dispose comme il l’entend de ses journées, la seule obligation étant les cours de français à l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration).

Les journées des résidents de Sourdille sont également rythmées par de nombreux ateliers ludiques mis en place par les bénévoles de l’association. Par exemple, chaque semaine se tiennent des ateliers de musique, de bricolage ou encore de méditation. Et tous les quinze jours, ceux qui le souhaitent peuvent participer à des cours de dessins ! De manière plus pratico-pratique, des ateliers pour rédiger un CV, s’entraîner pour le code de la route, se préparer à avoir et entretenir un appartement sont également proposés au sein du nouveau centre d’accueil. Enfin, plusieurs soirs par semaines, des bénévoles viennent pour partager un moment convivial, discuter et, parfois, regarder un film. 

Malheureusement, toutes ces activités sont sur pause depuis le vendredi 30 octobre. Pour cause, la structure n’a accueilli aucun bénévole durant les trois premières semaines du confinement. Quelques ateliers ont pu être maintenus, notamment les cours de français, mais l’heure est surtout à l’information. Ainsi, une infirmière bénévole est passée dans chaque unités du centre d’accueil Thomas Sourdille pour expliquer les gestes barrières et l’attention avec laquelle il fallait respecter ces derniers. Des panneaux préventifs ont également été affichés au sein du centre. Bien que compliqué à appliquer au début, les gestes barrières sont maintenant acquis pour les résidents et, depuis peu, les bénévoles sont à nouveau admis à Sourdille sous la condition de mesures plus strictes (par exemple, ils ne peuvent pas manger sur le site, ni rester pour boire un thé ou un café). Certes, ces précautions peuvent être contraignantes mais elles permettent de reprendre le cours de nos activités et, peu à peu, de redonner vie au Centre d’Accueil Thomas Sourdille !